Journal de Saône et Loire – 20/08/2015

Rencontre avec un savoir-faire précieux pour le milieu équestre.

Jumping international de Mà¢con Chaintré : en parallèle de la compétition, rencontre avec un artisan sellier harnacheur. « Pour bien faire, il faut avant tout se faire plaisir dans la fabrication. »

C’est sur les hauteurs de Cluny, qu’Yves Tartaud artisan, travaille le cuir avec patience et passion. Bridons, licols, harnais d’attelage… Yves Tartaud est depuis une vingtaine d’années artisan sellier harnacheur et maîtrise totalement les techniques de découpe et de couture du cuir. Originaire de Chalon sur Saône, il s’est formé en Normandie avant de faire ses premières armes en Savoie Puis, il y a une dizaine d’années, il a décidé de revenir s’installer au pays, à  Donzy le Pertuis.

Technique rare

« Je travaille sur mesure, explique-t-il. Souvent, les tailles standard ne s’adaptent pas exactement à  la physionomie du cheval. Quand je crée une muserolle par exemple, je la fais exactement à  la taille du cheval à  qui elle est destinée. » L’artisan maîtrise aussi le savoir-faire du cousu-rond, une technique rare, qui demande une grande patience car le cuir est enroulé sur lui-màªme pour plus de solidité. « Il n’est pas possible d’utiliser une machine pour le cousu-rond, tout est fait entièrement à  la main », explique Yves. Une technicité qui lui permet de vendre dans le monde entier ses créations à  des clients qui fond de l’attelage y compris en compétition.

Transmettre

C’est aussi une passion qu’il aime partager. « Avec mon épouse, nous avons créé un lieu entièrement autour du cheval », explique Yves. Elle est ostéopathe équin et s’occupe de près de 25 chevaux, dont une partie est en pension. Lui partage son savoir-faire en accueillant depuis cinq ans des stagiaires en formation à  l’année. « En 2014, les six stagiaires que j’ai formés ont tous obtenu leur CAP de sellier harnacheur en candidat libre », raconte-t-il, fier de ses apprentis.